Large alliance contre la nouvelle loi sur les jeux d’argent

Ce matin, le comité contre la loi sur les jeux d’argent a lancé sa campagne. Après que les jeunesses des partis du PLR, des VL et de l’UDC aient déposé le référendum, des membres notables des « partis mères » se sont lancés activement dans la campagne. C’est au travers d’une campagne dynamique que la population suisse doit être informée sur les embuches et les difficultés de l’objet en votation et ainsi être persuadée de glisser un non dans l’urne le 10 juin prochain.

« Avec la nouvelle loi sur les jeux d’argent, l’isolement numérique deviendra un procédé acceptable. Les entreprises innovatrices (tout comme les start-ups) seront découragées et freinées. La compétitivité chutera. La Suisse a besoin de règles intelligentes et libérales, pas de mesures isolatrices adoptées car l’internet n’est pas compris », déclare Marcel Dobler concernant les effets néfastes de la nouvelle loi sur les jeux d’argent pour les entreprises suisses. Beat Flach y voit également d’autres désavantages. Les blocages de réseau ne seraient en effet efficaces que si les utilisateurs sont prêts à les accepter. Si un utilisateur ne respecte pas la mise sous tutelle de l’Etat, il va continuer à jouer en ligne et ne sera dès lors pas protégé par la protection des joueurs en Suisse. Natalie Rickli s’était déjà positionnée contre un monopole des casinos suisses dans la commission des affaires juridiques, tout comme Beat Flach. Plusieurs requêtes auraient passées à la trappe grâce au lobbying exercé par les maisons de jeux suisses au Parlement. D’autre part, elle souligne qu’un refus de la loi n’entraine aucune modification et donc un statu quo quant aux revenus fiscaux destinés au sport et à la culture.

Les présidents des jeunesses de partis présents ont également tenu des propos clairs. Pour Pascal Vuichard, la protection des joueurs a été négligée dans la nouvelle loi. Benjamin Fischer prône le non car un système de concessions serait plus adapté pour garantir une compétitivité entre les fournisseurs, une liberté aussi grande que possible pour les utilisateurs et une valeur ajoutée maximale pour la Suisse. En résumé, Andri Silberschmidt affirme qu’ « un non permet d’éviter un monopole des casinos sur internet et d’empêcher une restriction des libertés pour nous tous. C’est pourquoi, de gauche à droite, nous allons nous engager pour un non le 10 juin. »

 

Pour plus d’informations, veuillez-vous adresser à :
Andri Silberschmidt, Président des Jeunes libéraux-radicaux, + 41 79 367 58 31
Pascal Vuichard, Co-Président des Jeunes Verts Libéraux, +41 79 561 41 89
Benjamin Fischer, Président des Jeunes UDC, + 41 79 394 13 37
Marcel Dobler, Conseiller national PLR, +41 78 648 48 26
Beat Flach, Conseiller national VL, +41 402 91 12
Natalie Rickli, Conseillère nationale UDC, +41 79 635 45 74

 

Reden:
Andri Silberschmidt
Natalie Rickli
Pascal Vuichard
Benjamin Fischer
Beat Flach
Marcel Dobler



télécharger en PDF